L'Estafette
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

L'Estafette - Histoire & Wargames

-38%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H – 15,6″FHD (RAM 8Go)
799 € 1299 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Allalalai

Allalalai

Bonjour à tous,
Voici un petit CR sur la bataille de Gabiene 316 av JC afin d’introduire mon futur module d’Ars Bellum, Diadochoi, bientôt dans les bacs. En espérant que ça vous plaira !

La bataille de Gabiene se déroule au début de l’hiver 316 av JC. Elle est la confrontation décisive entre les prétendants à la succession d’Alexandre, Antigone le Borgne et Eumène de Cardia. Suite à un premier engagement indécis à Paraitacène, les deux protagonistes ont hiverné en Perse, et après une avance rapide de plusieurs jours dans le désert, Antigone rattrape Eumène à Gabiene. Les camps des deux armées ne sont séparés que de 7 km, et tandis que l’engagement final se prépare, le satrape Sibyrtios déserte l’armée d’Eumène avec ses troupes (1000 cavaliers et 610 fantassins).
Au déclenchement de la bataille, Antigone aligne 22000 fantassins, 9000 cavaliers, 64 éléphants. Il dispose sur sa droite 5000 cavaliers sous le commandement de son fils Démétrios, dont 1000 archers montés, 2000 cavaliers légers dits Tarentins et 2000 Compagnons. Au centre, se tiennent 6000 phalangistes macédoniens sous le commandement de Policrates, puis 6000 pantodapoi dirigés par Hipostratos, 1600 Lyciens et Paphlagoniens, et 5000 mercenaires ; l’ensemble est devancé par 64 éléphants accompagnés de peltastes et d’archers. Sur sa gauche, il déploie 4000 cavaliers sous le commandement de Peithon.
Eumène lui oppose 26000 fantassins, 6000 cavaliers et 114 éléphants. A gauche, Peulestas commande 3000 cavaliers lourds soutenus par des peltastes et des éléphants ; au centre, Teatomos dirige 3000 hypaspistes, Antigenes 3000 argyraspides, s’ajoutent environ 10000 mercenaires et 10000 pantodapoi. A gauche, Philippe commande 3000 cavaliers légers. En avant de sa ligne, Eumène aligne ses éléphants soutenus par des peltastes et archers.

[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21081910062917789117532876

Autant le confesser immédiatement, j’ai un biais pour Antigone le borgne, mais je vais essayer de rester objectif. Dans cette bataille, la supériorité en cavalerie est du côté d’Antigone, celle en infanterie et éléphants (nombre e asiatiques) est détenue par Eumène.
On manie des phalanges avec un placement assez classique, même si ici Eumène s’est positionné en flanc refusé. Ce dernier dispose en outre de bagages qui, si attaqués, pourraient faire flancher le moral des Argyraspides et Hypaspistes d’Eumène ; pensez, familles et 40 années de pillages réunies dans ces chariotes !
A noter les Lyciens d’Antigone qui ont la compétence javelots (1 tir avec un +2).

Tour 1 :
5-3 Antigone a l’initiative. Il déploie son armée en avançant raisonnablement, constituant deux lignes et prévoyant sa charge pour le second tour.
Eumène pourrait jouer la plankouze et attendre le prochain tour pour, parvenant à récupérer l’initiative, foncer et désorganiser les lignes adverses (expérience d’un test précédent) ; il choisit lui aussi une avance modérée, disposant ses forces pour épargner sa phalange et laisser les tirailleurs encaisser un choc éventuel. A gauche, peltaste et éléphants font écran entre sa cavalerie et celle d’Antigone ; Eumène demeure en réserve avec ses Hétaroi. A droite, une partie de ses éléphants du centre vient couvrir sa cavalerie légère (à noter qu’Eumène a inversé la disposition de sa cavalerie pour contrer le positionnement classique d’Antigone). Au centre sa phalange s’est légèrement décalée sur la droite (mercenaire non aligné) pour combler une éventuelle faiblesse de sa cavalerie légère.

[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21081910061917789117532871

Tour 2 :
Ah ! Ah ! C’estn Antigone qui récupère l’initiative à 5-4.
Il s’agit de bien réfléchir, la cavalerie est terriblement handicapée face aux éléphants, il faut donc traiter cette menace pour conserver l’un des avantages d’Antigone.
Amélioration des règles : les tirailleurs, plus faibles, ont un +1 contre les éléphants, autant en profiter. Sur la gauche, les Arcaniens d’Eumène sont désorganisés par la charge des éléphants, et les Cappadociens en profitent pour se mettre en position de tir.
Au centre, un rhodien s’effondre face aux pachydermes, mais même les troupes désorganisées reculent sans être éliminée (trois 1 d’affilé ça hypothèque largement de bons scores !) ; à gauche, l’attaque de Peithon a mis du désordre, mais l’ensemble demeure prompt à réagir ; à droite l’attaque est un échec, de simples reculs.
[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21081910062417789117532874

C’est à Eumène d’user de l’impact de ses éléphants. Je suis ravi, mes petits scores habituels ont finalement du bon puisque nombre d’unités résistent à la charge des éléphants (2 seulement désorganisées), ce qui contraste avec mon précédent test. A gauche comme à droite, les ailes d’Eumène attaquent pour multiplier les pertes ;

au centre, des pantodatoi sont envoyées contrer la menace des éléphants (de même à gauche où une unité d’hypaspistes se charge de ce travail).
[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21081910062217789117532872

L’aile droite d’Eumène engendre la perte d’un Cappadocien et la désorganisation d’un Eléphant ; les résultats du centre sont mitigés (des reculs et une désorganisation) ;
[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21081910062417789117532873




à gauche, un Tarentin est éliminé et un autre désorganisé.
[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21081910062617789117532875


A la fin du tour, Eumène prend l’avantage avec 1 perte contre deux à son adversaire.

Allalalai

Allalalai


Tour 3 :
4-1 Antigone conserve l’initiative.
Antigone tente de déstabiliser par son tir les troupes adverses et obtient quelques reculs. Le choc des phalanges macédoniennes désorganise des éléphants au centre. Au centre Antigone demeure en réserve avec ses phalanges recrues et mercenaires, les pertes sont à 2/3 en sa faveur.
Il réorganise ses troupes en une ligne plus cohérente, conserve une réserve et engage sa phalange.
L’attaque d’Eumène est plus fructueuse, 3 unités éliminées.

[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21081904591817789117533245

[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21081904591917789117533246





Tour 4 :
2-2, Antigone conserve l’initiative avec son bonus de +1. Il structure son effort au centre et replace ses ailes en position plus défensive. De jolis scores au dé de tir permettent quelques reculs et la désorganisation d’une unité de pantodatoi. Deux unités éliminées, le bilan est modeste.
Eumène fait son effort aux ailes, là où sa position est avantageuse. A gauche, ses hétaroi chargent la phalange macédonienne et l’oblige à reculer ;

[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21081904591617789117533244

derrière, sa propre phalange détruit des unités légères déjà désorganisées et la suit. A gauche, une unité de Tarentins et une d’éléphants sont éliminées, à droite les désorganisations affectent deux cavaliers et un éléphants ; au centre, la situation est plus calme.

[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21081904592017789117533247

Allalalai

Allalalai

Tour 5 :
6-4, Antigone s’impose à son adversaire. Sur sa droite, Peithon réorganise une unité de Cappadociens tandis que les autres désorganisent par leur tir un archer asiatique à cheval. Au centre, Lyciens et archers crétois échouent à repousser des pantodatoi. A gauche, Démétrios passe à l’offensive, il charge les cavaliers grecs adverses, et d’un magnifique 6+2 les désorganise ; une 2e unité est repoussée par les archers à cheval. Le combat entre Hetaroi ne donne rien.
Eumène risque d’être plus efficace. A droite, une unité éliminée et quelques reculs. Au centre, 1 recul, mais aussi un malchanceux 1 qui repousse des mercenaires et éléphants, à 2/1 à chaque fois, les troupes ne parviennent pas à déstabiliser les forces d’Antigone ; une phalange macédonienne résiste même à 3/1, une occasion manquée.
[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21082011055717789117533735

A gauche, 1 psil est éliminé, 1 phalange macédonienne désorganisée, 1 archer à cheval désorganisé, ça sent pas bon.

Tour 6 :
On est à la moitié de la partie, déjà 12 pertes pour Antigone et seulement 5 pour Eumène…
Avec un 6-6, Antigone conserve l’initiative, pour combien de temps…Il lui manque de l’infanterie à l’aile droite pour faire face aux éléphants, et son centre ne perce pas…
Sur sa gauche, les tirailleurs à pied et cheval engendrent de nombreux reculs, permettant à sa ligne de respirer un peu. Au centre, la charge des Hetairoi désorganise une phalange de pantodatoi qui échoue à son test de moral. Antigonos, à son tour, charge d’autres pantodatoi au centre, soutenu par deux piquiers, 5, c’est l’élimination !!! Une aubaine qu’il faut concrétiser : dans la foulée, une unité d’Argyraspides recule et des éléphants éliminés !
[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21082011055517789117533734

A droite, la situation est plus dure, les Hetaroi sont repoussés par ceux d’Eumène, et un superbe 1 permet aux cavaliers grecs de résister à Démétrios.



Bon, je crois que l’affaire est pliée : les éléphants d’Eumène, maudits éléphants, ont désorganisé 2 mercenaires, 1 crétois, et 1 hétaroi…quelle guigne ! Au centre, il comble la brèche naissante avec de la cavalerie tenue en réserve, et si son aile gauche n’a plus de général présent, elle est sur le point de culbuter les forces d’Antigone.
A droite, les mercenaires éliminent le dernier éléphant font reculer les mercenaires d’Antigone et coupe son aile gauche du centre ;
[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21082011055017789117533733

sur la gauche, Démétrios subit un tir de peltastes à deux doigts de le désorganiser, la cavalerie archers part en sucette (1 élimination et 1 désorganisation).

Au centre, une phalange macédonienne est anéantie par les hypaspistes, Antigone est attaqué par les piquiers ennemis et préfère reculer laissant sa phalange seule contre deux argyraspides 4+1/4-1, 2 au d6, le recul ne pouvant s’effectuer, les macédoniens sont désorganisés. Les Lyciens résistent malgré leurs pertes, tandis que les éléphants détruisent les derniers archers rhodiens ; 1 mercenaire de plus de détruit, et face aux éléphants et piquiers, les hétaroi sont détruits et une seconde unité de Lyciens désorganisés dans la foulée de la charge des pachydermes
Le centre d’Antigone déstabilisé
[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21082011060017789117533736

Avec 18 pertes contre 7, Antigone jette l’éponge ! Quelle tristesse, mon héros s’est fait passer dessus.
Situation finale avec les pertes au nord de la carte
[CR] Ars Bellum, la bataille de Gabiene 316 av JC 21082011090717789117533738

Les phalanges qui sont fortes avec leur +2 au d6, dès qu’elles sont isolées et font face à 2-3 menaces sont anéanties (je n’ai pas créé de positions en carré pour ne pas ralentir ou embourber le jeu).
Les éléphants, avec la nouvelle règle fonctionne à merveille, et là, les 107 d’Eumène ont vraiment fait le travail : face à la cavalerie, c’est la cata assuré pour celui qui n’a pas prévu d’infanterie. Historiquement, c’est une victoire du borgne car les hypaspistes et argyraspides livrent Eumène voyant leur bagages et familles menacés par Peithon qui a réussit à bousculer l’aile adverse…Il faut croire que le mien n’était pas en grande forme.
Je m’aperçois aussi que les mécanismes de base font vraiment leur preuve et amènent des parties qui ne sont pas ennuyantes (pas de pousse-pousse mais des rebondissements) ; les résultats des tests valident mes choix même si le système n’est pas conventionnel parfois.
Je me suis amusé, mais d’autres scénarios et tests m’attendent. A bientôt !

Contenu sponsorisé



Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum