L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[CR] Rising Eagle : Tempête hivernale sur le Pratzen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Austerlitz, 2 Décembre 1805, 9h:




Le Tsar Alexandre est entouré de jeunes officiers aussi enthousiastes qu'arrogants.
Pour lui plaire,  ils l'ont convaincu que ce diable de Napoléon craignait de livrer bataille, qu'il était à la merci d'une attaque audacieuse sur son coté droit
peu défendu.

Fort de près de 90 000 hommes contre 70 000 à son adversaire, Alexandre a décidé d'en finir avec l'hégémonie française avec une bataille décisive.

Ses colonnes sont descendues dans le vallon pour submerger le corps esseulé de Davout.

Le plateau de Pratzen, au centre n'est  alors garni que de la 4e colonne de Kollowrath, de la brigade Kaminski laissée par Langeron (un émigré français qui s'est mis au service de la sainte Russie) et de l'ultime réserve de la Garde Russe.





La veille, à dix heures du soir, un conseil de guerre avait eu lieu au domicile de Koutouzov, lequel, renfrogné et somnolent, laissait échapper des ronflements, tant son opposition au plan mis au point par Weirother était totale.
Il avait plaidé, vainement, pour qu'on retraite , en entrainant Bonaparte toujours plus à l'est jusqu'à ce qu'il s'épuise faute de ravitaillement.

Mais personne ne prit au sérieux ce  qu'il proposait...retraiter ? Alors que la victoire  tendait ses bras à qui voudrait bien la prendre !

Voir le profil de l'utilisateur
TOUR 1   9h


Le son du canon venant de Telnitz et Sokolnitz parvient, comme étouffé par le brouillard qui nappe les fonds de vallée, aux oreilles du Tsar Alexandre
qui bavarde, enjoué, au milieu de ses jeunes officiers d'état major, près du Stare Vinohradi.
Les colonnes austro russes doivent faire du bon travail en aval...





Pour  appuyer leur offensive
la 4e colonne de Kollowrath se dirige plein  ouest, selon ses ordres, vers le Pratzenberg.




Pratze est bientôt atteint, la colonne bifurque vers le sud ouest.









Tels des loups, approchant masqués par la brume, les divisions de  St Hilaire  et  de Vandamme du IV corps de Soult  montent les pentes du plateau de Pratzen.





Les cent dragons de l'Archiduc Jean, avançant en flanc garde sur la droite de la 4e colonne, les voient émerger du brouillard.
Ils les prennent d'abord pour des russes avec leurs uniformes sombres, mais la stupeur les saisit: ce sont bien des français !





La IVe colonne de Kollowrath est surprise en flagrant délit de mouvement, étirée le long de la route, par un adversaire groupé pour l'attaque...

Voir le profil de l'utilisateur







Le 10e léger entre dans le village de Pratze avant même que les alliés ne puissent mettre celui ci en état de défense.
Les autrichiens, surpris, sont assaillis aussitôt par les rues du village et frontalement par les 10e et 24e léger respectivement, deux régiments d'élite qui les bousculent aisément .
Les 23e et 38e régiments autrichiens partent en déroute.






Les dragons de l'Archiduc sont submergés par le 5e Dragon, l'escadron allié  est anéanti.









TOUR 2    10h


(Le joueur  FR joue en premier de par le scénario 3, comme il a joué en dernier au tour 1, il joue deux fois d'affilée ...)


Soult vient de réussir une attaque surprise qui coupe en deux la 4e Colonne de Kollowrath, le brouillard qui a voilé son mouvement, l'inconséquence des alliés qui manoeuvrent latéralement face à l'ennemi, et la chance inouïe du timing ont abouti à une situation exceptionnelle .




L'artillerie du IVe corps juste au nord ouest du village de Pratze tire sur le 55e régiment d'infanterie autrichienne massé en colonne de route, les pertes sont très lourdes, les autrichiens partent en déroute abandonnant leurs pièces d'artillerie au 14e de ligne FR.
Pratze est quasiment tombé aux mains des hommes de Saint Hilaire, seul les russes des régiments de Novgorod tiennent encore une partie  à l'est du village.





400m plus à l'est les russes du régiment de petite Russie sont pris à partie par le 24e léger et de front par les 8e et 12e Dragons .
Héroïques, les russes, regroupés en une masse informe, parviennent à tenir à distance la cavalerie française et les légers.







Mais 200m plus à l'est le petit régiment russe asphéron ne parvient pas à se mettre en carré lorsque trois régiments de Dragons (9e, 16e et 21e ) le chargent successivement, les russes, après un feu inefficace sont débordés puis sabrés et auraient été totalement détruit si les Dragons avaient poursuivi leur proie.
Mais la discipline de la cavalerie française est exceptionnelle, d'autres cibles plus intéressantes sont à portée...




Tronçonnée, en partie déroutée, la 4e colonne de Kollowrath lutte désormais pour sa survie...

Voir le profil de l'utilisateur
Kollowrath essaie de réagir...en vain, trop de désordre au sein de ses unités empêchent toute tentative de coordination.

(comme il n'y a pas d'autre formations alliées "activables", la Garde Russe étant encore en réserve, c'est au joueur FR de tenter une activation, réussie ! Soult active pour la 2e fois ce tour 2 soit trois fois d'affilée avec le tour 1).








Les régiments de dragons FR se retirent pour se réorganiser tandis que le 5e Dragon (qui s'était retiré) se réorganise et charge un groupe de plusieurs batteries escorté d'une compagnie d'infanterie.



Dépourvus d'un véritable soutien d'infanterie, les cannoniers craquent, leur feu d'artillerie  décousu n'arrête pas les dragons qui  s'infiltrent au milieu des canons sabrant à tout va artilleurs et hommes d'escorte, c'est un carnage !
Les canons autrichiens tombent aux mains des dragons ...






Mais les russes de Novgorod tiennent bon au prix de lourdes pertes, gardant leur réduit au sein du village de Pratze à 1 contre trois,  de même que ceux de petite Russie  en terrain dégagé face au 28e et 57e de ligne FR.






Les russes de Smolensk parviennent même à stopper net le 4e de ligne

Le russe fait preuve d'un courage et d'une abnégation remarquables...
Que de braves menés par des chefs incompétents et arrogants !
Pourront ils tenir le temps nécessaire à la brigade Kaminski et à la Garde Russe pour intervenir ?

Voir le profil de l'utilisateur






Les russes sont assaillis à nouveau par l'infanterie française.




Harcelés par les tirs meurtriers des légers.




Chargés encore une fois par les dragons...




Les mousquetaires des régiments de Petite Russie, de Smolensk et de Novgorod sombrent sous le nombre et la furie de leurs adversaires.





L'aile droite de Kollowrath n'existe plus...

Voir le profil de l'utilisateur
10h Suite









Le Ier corps de Bernadotte qui suivi le IVe de Soult oblique sur sa droite pour menacer l'aile gauche restante de la colonne Kollowrath.

Ce dernier est obligé de garnir les pentes du Pratzenberg avec les russe de la brigade Kaminski pour lui faire face, mais faute de ces renforts, sa droite est en l'air...

Alors que les Dragons caracolent à leur guise ...






Le régiment autrichien de Saltzbourg est sabré puis dispersé aux quatre vents...






Kollowrath résiste à l'assaut du Ier corps du fait de sa position plus élevée et du tir efficace de ses batteries, les troupes russes  fraîches de Kaminski
arrêtent les régiments de Bernadotte.







Les Dragons de St Petersburg lancent une charge sur le 27e léger qui a le temps de se mettre en carré.
Les Dragons, impuissants , ne peuvent rien faire d'autre qu'une démonstration , puis se retirent ...




Plus bas, la Garde menée par Bessières et Napoléon monte sur le Pratzen:  elle oblique sur sa gauche Vers le Stare Vinohradi ...
Près duquel la Garde Russe de Constantin attend patiemment l'ordre d'avancer pour nettoyer ce merdier qu'est en train de devenir le centre de l'armée alliée...


Voir le profil de l'utilisateur


Les Dragons de St Petersbourg enragent d'impuissance face aux carrés...





Le 27e léger, débarrassé de la cavalerie russe s'enhardit au point de prendre pied sur le Pratzenberg.

(le FR contrôle alors 3 des 5 drapeaux...la Garde Russe est aussitôt activée !)





Elle s 'ébranle dans un ordre impeccable, les cavaleries sur les flancs, un mur vert qui avance ...
L'objectif de Constantin, Kutusov et du Tsar Alexandre est de reprendre le contrôle du carrefour et de la route qui domine le haut du plateau, et du monticule du Stare Vinohradi, puis de les tenir.






Le Stare Vinohrady couronné de ceps de vignes est pris d'assaut en premier par le régiment Izmaïlov de la Garde qui arrive essoufflé sur son adversaire et subit un tir à courte portée qui n'entame en rien sa détermination








La charge est irrésistible, le 46e de ligne est chassé du monticule par des furieux  de plus de 6 pieds de hauteur.









Bientôt c'est tout le plateau de Pratzen qui s'embrase !






Les chevaliers Gardes et les Gardes du Corps, l'élite de la Cavalerie de la Garde, tous rejetons des familles nobles  se range en ligne pour charger ...c'est le moment décisif, le moment de leur vie dédiée à la gloire et au service du Tsar et de la Sainte Russie





]


Le 57e de ligne tente de se mettre en carré mais la masse de cavaliers lourds qui leur fonce dessus est plus forte que leur capacité de résistance,
les carrés sont aussitôt enfoncés, les hommes bousculés, sabrés, piétinés, le 57e n'existe plus en tant qu'unité combattante...



En deux coups de faux, l'infanterie et la cavalerie lourde de la Garde viennent d'anéantir deux régiments de ligne français !



Alexandre est saisi d'émotion, ses troupes sont magnifiques...la victoire est encore possible....

Voir le profil de l'utilisateur


Mais...un ordre est donné.




Les chasseurs de la Garde ont pour mission de reprendre le Stare Vinohrady








Mais la montée qui les attend favorise les défenseurs, et les russes du Régiment Ismaïlov sont inébranlables, l'échange de tir tourne au désavantage des chasseurs de la Garde qui doivent reculer...

.











Les Chevaliers Gardes s'en prennent maintenant au 4e de Ligne qui réussit à se mettre en carré et leur tient tête.




C'est le moment pour les Grenadier à cheval de la Garde, ils peuvent charger leur alter ego russe qui a perdu de son élan et se retrouve désorganisé.




Les Chevaliers Garde sont enfoncés, la plupart sabrés, quelques uns s'enfuient comme ils peuvent...




Puis , quasi simultanément, ce sont les Chasseurs à cheval de la Garde qui chargent les Garde du Corps, eux aussi désorganisés après avoir tenté d'enfoncer, en vain, deux bataillons du 46e de ligne formés en carrés.







La cavalerie lourde de la Garde Russe est balayée, les pertes sont très lourdes

dans les jours qui viennent les jolies dames de St Petersbourg vont beaucoup pleurer ...

Voir le profil de l'utilisateur










Les Grenadiers de la Garde montent à l'assaut à leur tour, ralliant les ardeurs des Chasseurs, le monticule est attaqué de deux cotés,
les Grenadiers accaparent l'attention des russes et subissent de lourdes pertes, tandis que les Chasseurs en profitent pour prendre pied sur le Stare Vinohrady et balaient toute résistance des garde russes épuisés.

Le Stare est pris !












Les infanteries des deux Gardes ennemies échangent des tirs durant un bon moment, qui tournent au désavantage des russes du fait de la plus grande précision des Grenadiers Français.


Privés de leur cavalerie Lourde, les grands leaders russes hésitent à repasser à l'offensive contre une position tenue par la Garde française,
alors que les hauteurs du Stare Vinohrady commencent  à se hérisser de batteries d'artilleries.






Alexandre, cruellement déçu, souhaiterait un denier effort, Koutousov le convainc de préserver la Garde qui, hormis la cavalerie lourde, a finalement peu souffert, pour sauver l'armée alliée.
La Garde russe se retire invaincue, l'honneur est sauf.




Mais plus au sud la colonne Kollowrath se retrouve prise en tenaille entre les Ier et IVe corps










Les autrichiens livrent un combat désespéré





Puis les dragons français débordent la 4e colonne alliée

Les dragons de St Petersburg, tentent de les arrêter, mais, trop peu nombreux,  sont dispersés...





Les dragons français chargent sur les arrières  des derniers régiments russes, la 4e colonne de Kollowrath a vécu.


Bientôt, le Ier et le IVe corps descendront dans les vallons prendre de flanc les autres colonnes alliées, la bataille est perdue pour les alliés.



La légende prétend que des milliers d'alliés vont se noyer dans les lacs gelés...on trouvera   dans ces derniers deux cadavres de russes des canons  et des dizaines de carcasses de chevaux...





Koutousov sera hanté toute sa vie par cette soirée d'avant bataille...

Il aura 7 ans plus tard, l'occasion d'imposer sa volonté aux arrogants jeunes officiers...en évitant des batailles perdues d'avance pour mieux attirer l'ennemi dans les profondeurs du territoire russe.

Mais ceci est une autre histoire...

Voir le profil de l'utilisateur
Super compte-rendu, merci Smile
Comment as-tu trouvé le jeu ?

Pour info, lors de parties de test, les gardes des deux camps se sont fait refouler par des corps réguliers...Face à Walter, vers la fin de partie, celui-ci lance une attaque de sa garde russe contre le corps de Bernadotte, au centre. envers et contre tout, Bernadotte tient ! Dans une autre partie, la garde française est au sud du dispositif qui doit attaquer le Pratzenberg. La cavalerie de la garde s'approche un peu trop et échoue une première attaque...et est contre-attaquée et détruite ! (l'infanterie elle-même n'a pas souffert, mais ça fait quand même plaisir).

Enfin, pour les puristes, effectivement, l'ordre de Kollowrath n'est pas historique. Raison de gameplay...

Voir le profil de l'utilisateur
Vince

Le jeu est plein de surprises au niveau des combats, sur Austerlitz cela passe très bien car on est dans une bataille de mouvements pleine d'incertitudes stratégiques mais aussi tactiques.
Je trouve le gameplay facile à mener et plein de tensions.
Je pense que la grande partie à 4 joueurs doit être un grand moment à partager, surtout avec le fog of war qui, dans les mains de joueurs alliés rusés, peut devenir une vraie tuerie ludique.

Peut être aurons nous de nouveaux  CR de la bataille complète, car il y a plein de situations nouvelles à créer.

Voir le profil de l'utilisateur
Merci pour le com' !
Je n'ai pas encore essayé de jouer à 4. Mais je pense faire jouer à 6 à mon club à Brest si je trouve quelques dingues.
Au niveau du brouillard de guerre, j'ai vu des situations assez incroyables pendant les tests. Mais il est clair qu'au début de partie, la balle est dans le camp coalisé et que les possibilités sont nombreuses. J'ai déjà vu une grande attaque de la droite sur le Santon et le Zurlan...dès fois ça passe...Et dès fois ça merde de peu ^^

Voir le profil de l'utilisateur
Vous avez une autre bataille en vue ?

Les Arapiles au niveau de la division en guise de formation activable...
Ou Fuentes de Onoro, beaux paysages ibériques en vue, des britanniques...

Je pense que la Péninsule n'attire pas les foules mais vaincre les brits fait du bien.

Voir le profil de l'utilisateur
Il me semble qu'il y avait Ligny dans les cartons...Sinon, après ça, je ne sais pas à quoi Walter souhaite s'attaquer. Je le soupçonne de réfléchir à Eylau.

Voir le profil de l'utilisateur
Un ami me parlait justement de Eylau comme suite probable.
Je suis plus soleil d'Espagne, mais Eylau donne bien dans la boucherie avec les trois armes.
Quant à Ligny, cela ouvrirait sur des what if avec le IVe corps prussien éventuellement en renfort,
le Ier corps Fr bien sûr et une entrée (improbable) des anglo alliés au nord ouest.

Si vous sortiez un combiné Quatre bras/ Ligny avec prise en compte des pertes pour une suite à Waterloo (Fallen Eagles) vous réaliseriez un fantasme devenu réalité
une sorte de Quatre dernières batailles en batailles successives mais avec des règles autrement mieux fichues que dans le jeu de Zucker.

Voir le profil de l'utilisateur
Pour ça, il y a déjà Le retour de l'Empereur de chez Pratzen. Car si Eagles of France parvient très bien à rendre compte de l'attrition d'une bataille de grande ampleur, le système est déjà beaucoup moins intéressant pour gérer un combat comme les Quatre Bras, mais surtout une campagne...de fait, une unité réduite peut n'avoir subit que peu de pertes mais être désorganisée...Elle serait réorganisée avant la bataille suivante, mais là, tu ne pourras pas le gérer. Bon, après, dans le lot de pions de l'armée, ce n'est pas si grave, mais bon.
Dans tous les cas, Walter a déjà parlé de faire des sujets sur Wavre puis sur Quatre Bras pour lier les batailles et proposer des what if. Par contre, honnêtement, je ne peux pas te donner de date car je ne sais pas sur quelle échelle de sa liste de priorité ils se situent...Wink

Voir le profil de l'utilisateur
Je comprends tes arguments sur la désorganisation/réorganisation entre les batailles, mais cela peut
se gérer (par exemple en baissant le niveau du corps tout en gardant les unités "intactes" par exemple).

C'est vrai que pour quatre bras (bataille de moyenne importance) ce serait moins intéressant, mais combinée à Ligny ce serait excellent, le système FE/RE (s'il n'est que peu tactique) peut supporter une taille élevée d'engagement.

Personnellement je trouve que faire les quatre batailles serait un très grand projet pour ce système.

Après, pour une bataille de taille réduite, je trouve le système de Marengo très prometteur car plus (grand) tactique.
Ce sont deux logiques de design différentes.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum