L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La double mort du roi Louis XIII (F. Hildesheimer)

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Semper Victor

Semper Victor
La double mort du roi Louis XIII (F. Hildesheimer) 87814_51g9noPKQ_L._SS500_

Relatif à la même période que celle dont parle le Condé signalé par Dupleix (juste avant la Fronde en fait), je commence ce matin ce livre consacré au règne de Louis XIII, entre la mort de Richelieu et sa propre mort (4 décembre 1642 au 14 mai 1643).


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
http://www.fredbey.com/

FAW_SAUMON

FAW_SAUMON
Mais ou trouves-tu le temps de lire le matin ?

http://www.simulation-france-magazine.com

Semper Victor

Semper Victor
Chez moi, une ou deux pages, puis dans le métro pendant 30 minutes. Je me lève tôt. Wink


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
http://www.fredbey.com/

FAW_SAUMON

FAW_SAUMON
Je suis debout tot aussi ... et j'ai le metro aussi en Chine.

Tu me donnes l'envie de me mettre a lire aussi en allant et rentrant du boulot !

Le livre ne traite qu'une annee ?

http://www.simulation-france-magazine.com

Semper Victor

Semper Victor
En biographe de Richelieu, l'auteur sait de quoi elle parle et de ce qu'elle a déjà étudié depuis longtemps :

"Contrairement à une légende tenace, Richelieu s'est révélé non pas le maître du roi, mais sa créature dévouée, toujours menacée de disgrâce. C'est bien Louis qui décidait de la politique inspirée et mise en ouvre par le principal ministre (…). Comment faire disparaître l'omniprésent Richelieu pour accéder au roi, son maître ? (…) Et la solution était simple : s'immerger dans les six mois qui séparent la mort du cardinal, le 4 décembre 1642, de celle du roi, le 14 mai 1643. Six mois qui constitue un quasi-vide historiographique." (page 11)

Le livre ne traite qu'une année ?

Six mois seulement en fait (mais avec de la prise de recul).


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
http://www.fredbey.com/

Dupleix

Dupleix
Semper Victor a écrit:En biographe de Richelieu, l'auteur sait de quoi elle parle et de ce qu'elle a déjà étudié depuis longtemps :

"Contrairement à une légende tenace, Richelieu s'est révélé non pas le maître du roi, mais sa créature dévouée, toujours menacée de disgrâce. C'est bien Louis qui décidait de la politique inspirée et mise en ouvre par le principal ministre (…). Comment faire disparaître l'omniprésent Richelieu pour accéder au roi, son maître ? (…) Et la solution était simple : s'immerger dans les six mois qui séparent la mort du cardinal, le 4 décembre 1642, de celle du roi, le 14 mai 1643. Six mois qui constitue un quasi-vide historiographique." (page 11)

Redoutable argument de vente, je crois que je vais me laisser tenter Cool

Semper Victor

Semper Victor
J'en suis à la page 79, le livre se lit bien (un peu ardu parfois tout de même) et la qualité du texte est irréprochable.


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
http://www.fredbey.com/

Roman Récit

Roman Récit
"La probabilité qu'un petit poitevin de noblesse douteuse et au QI exceptionnellement plat puisse avoir la moindre influence sur la Reine de France et de Navarre, Infante d'Espagne, quand bien même il ait été revêtu de la pourpre cardinalice, égale à peu près le nombre de doigts utilisable sur la main de Django Reinhardt." J'aime ce prof d'histoire moderne...

Semper Victor

Semper Victor
La pièce qui se joue pendant les 6 mois couvert par le livre, c'est l'organisation de l'inévitable régence, la santé de Louis XIII étant dramatiquement mauvaise (dès mars 1643, il se résigne à reconnaître qu'il va mourir dans l'année) :

"En matière de santé et de vie, les hommes du XVIIe siècle disposaient d'aucune assurance et vivaient dans une quotidienne et inéluctable familiarité avec la mort ; dès lors, ils misaient assurément davantage sur la Providence que sur la médecine. N'oublions pas que le roi et ses contemporains, s'il sont désormais des personnages de papier reconstitués par les historiens, furent des être de chair, mais aussi de foi, puisque faute de recours médical efficace, tout était finalement dans la main de Dieu." (page 79)


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
http://www.fredbey.com/

Semper Victor

Semper Victor
La question de la régence devient primordiale :


"Ce qui est exceptionnel en ce mois d'avil 1643, c'est la volonté du roi de fixer de manière intangible la composition du ce Conseil de régence et de soumettre toute décision importante à l'aval de la majorité de ses membres. En apparence, c'est un recul de l'absolutisme, le retour à une tradition de gouvernement collectif qui met fin à la domination d'un seul. Mais en réalité, ce système collégial verrouillé est une initiative révolutionnaire, puisqu'il consacre la soumission des princes aux ministres, aux professionnels de la politique ; autrement dit, il oblige le sang à s'incliner devant la compétence". (page 174)

Le baptême du Dauphin, avec cette anecdote apocryphe :

"Mon fils comment avez-vous nom à présent ?" Monseigneur le Dauphin répondit sans hésiter : "Louis XIV, mon papa". Sa majesté lui dit : "Pas encore, mon fils, mais si c'est la volonté de Dieu". (page 185)


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
http://www.fredbey.com/

Semper Victor

Semper Victor
Les chapitres sur la longue agonie du roi, qui garde la chambre les deux derniers mois de sa vie sont particulièrement émouvant à lire.Les sources sont très nombreuses et l'auteur a pu reconstituer, comme l'avait déjà fait Petifils dans son "Louis XIII", le déroulement des cette période au jour le jour.

Le chapitres concernés sont "La Chambre du roi" et "Bien mourir pour vivre éternellement" :

"Affranchi des intrigues, le roi de gloire peut désormais céder la place au simple chrétien ; l'homme Louis peut enfin jeter le masque que sa naissance lui a imposé et, au soir de sa vie, révéler sa vérité. Il n'a plus qu'un rôle à jouer, le meilleur et le plus authentique : se réconcilier avec les hommes et se préparer à comparaître devant Dieu. (…) On sait qu'un roi à le privilège de mourir deux fois, comme roi d'abord, puis comme individu ; et, même dans cette seconde mort de particulier, il lui faut échapper à l'aune commune ; comme simple chrétien, il se doit encore d'être extra-ordinaire." (page 195-196)

"Le roi demande à entendre de la bouche des médecins que la situation est sans espoir de retour : Laetatus sum in his quae dicta sunt mihi in domum Domini ibimus [ce qu'on me dit me remplit de joie : nous sommes en route pour la maison du Seigneur], s'exclame-t-il à cette nouvelle". (page 204)

"Tant de fermeté d'esprit et de ferveur lui causent quelque sentiment de vanité dont il s'accuse aussitôt en récitant la devise inscrite sur l'étendard des Templiers : Non nobis, Domine, non nobis, sed nomini tuo da gloriam [non pas nous, Seigneur, pas à nous, mais à ton Nom, donne la gloire !]" (page 206)



Dernière édition par Semper Victor le Dim 1 Avr 2012 - 20:39, édité 2 fois


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
http://www.fredbey.com/

Semper Victor

Semper Victor
Livre terminé...

Louis XIII a rallié la reine à ses vues dans en préparant la régence sous la forme de l’union de la régente et de Mazarin, scellée autour de la personne du petit roi. Mazarin a ensuite "fait le ménage" nécessaire à l'accomplissement des plans royaux.

Les six mois sur lequel porte le livre éclaire la personnalité de Louis XIII :

“Etre roi de France, qui peut aujourd’hui comprendre ce qui fit le drame et la grandeur d’une homme simple et pieux transmué en roi par la grâce de Dieu ? Qui aujourd’hui pourrait percevoir, même un instant, le poids de cet infini surmoi ? Et pourtant il y a là une clé de lecture et la personnalité du roi et de la période : l’emprise religieuse et cléricale constitue assurément une des leçons que nous pouvons tirer du règne du très chrétien Louis XIII. On a vu Mazarin et le père Dinet présider aux derniers instants de celui qui se voulait fils exemplaire de l’Eglise catholique. Quant à Richelieu, aurait-il tenu le pouvoir, aurait-il exercé le même ascendant sur Louis XIII, s’il n’avait été prélat ?” (page 294)

Le semestre en question s'est déroulé sans aucune violence grave et a été consacré au problème crucial de la régence et à la transmission sans incident de la couronne à son héritier légitime et à la politique visant à affirmer son pouvoir.

“Le plan de Louis XIII a réussi, mais avec son fils, la perspective est renversée : tout à trac, Louis XIV met l’Etat au service de sa gloire personnelle, là où son père, assisté de Richelieu se disait “obligé” de son état”. (page 302)

Très bon livre avec de nombreux documents annexes dans le cahier final. cheers


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
http://www.fredbey.com/

Semper Victor

Semper Victor
Sinon, il y a le contre-rendu de l'autopsie du corps de Louis XIII. L'état de ses intestins et de son foi en dit long sur les souffrances qu'il a dû endurer (je ne rentrerai pas dans les détails de ce que les médecins ont constaté).


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
http://www.fredbey.com/

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum