L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Demolishing the Myth: The Tank Battle at Prokhorovka, Kursk, July 1943

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Demolishing the Myth. The Tank Battle at Prokhorovka, Kursk, July 1943: An Operational Narrative

Par Valeriy Zamulin


http://www.amazon.co.uk/gp/product/1906033897

Le livre de David M Glantz, the Battle of Kursk a été le premier ouvrage a donné une véritable idée de ce qu'avait été la bataille de Prokhorovka. Les cartes et les tableaux des effectifs allemands donnaient un éclairage nouveau au lecteur (et au wargameur).

J'ai beaucoup apprécié l'ouvrage de Jean Lopez qui est une excellente synthèse des travaux des années 90s et 2000s sur le sujet (et en français).

Le livre de Valeriy Zamulin franchit encore une étape. En se concentrant sur la pince sud de l'opération Zitadelle visant à encercler Kursk, l'auteur nous livre les avancées de chaque camp. Valeriy Zamulin nous décrit très bien le terrain, avec les vallées encaissées, les ravines et détaille la défense en profondeur de l'Armée Rouge. Enfin, Zamulin nous livre les effectifs et la composition des unités soviétiques engagées (un must pour le joueur d'histoire).

Bref ça m'a donné envie de mettre à jour ma campagne sur Kursk.

Olivier

Voir le profil de l'utilisateur http://perrysheroes.free.fr/
Et c'est quoi le mythe au final? Au départ, j'entendais que Kursk en général et Prokhorovka en particulier était le "chant du cygne" de la "Panzer Waffe". Avec Jean Lopez, j'ai découvert qu'en réalité Prokhorovka avait été un massacre pour les blindés soviétiques, avec en gros 5-7 tanks russes détruit pour un allemand.

Ce livre ci se situe comment sur ce point?

Voir le profil de l'utilisateur
Ca depends de quels blindés .
Si c'est 5-7 T-26 contre un Panther ... Ca vaut le coup pour le russe.
Bon Ok , mon exemple est exagéré . Ce qu'il faut savoir , c'est la qualité des pertes , non ?

Voir le profil de l'utilisateur
Ce livre reste sur la même ligne. Le SS Pz Korps a avancé en deux langues une sur chaque ligne de crête vers Prokhorovka, mais les flancs étaient constamment sous la pression des soviétiques qui ont engagé énormément de véhicules pour harceler l'ennemi.

Le 12 juillet 1943 alors que les allemands sont presque aux portes de la ville (au moins les premiers éléments de reconnaissance), les soviétiques étaient en pleine préparation d'une contre-attaque et des renforts sont positionnés hors de vue des allemands derrière la ville. Ces éléments blindés sont alors lancés en masse contre les blindés allemands. La bataille est un gros tir au pigeons pour les allemands mais leur progression est définitivement stoppée. Beaucoup de chars soviétiques seront d'ailleurs récupérés par l'Armée Rouge dans les jours qui suivent.

La défense en profondeur des premiers jours, l'étirement de la progression allemande contrariée pars les harcèlements constants sur les flancs ont énormément réduit le potentiel de la PanzerWaffe. Certes le kill ratio a été important lors de la bataille finale mais les unités allemandes étaient saignées à blanc. La LSSAH, le 12 n'a plus que 4 Tigers opérationnels dans sa compagnie lourde (la 13).

Voir le profil de l'utilisateur http://perrysheroes.free.fr/
superben a écrit:Ca depends de quels blindés .
Si c'est 5-7 T-26 contre un Panther ... Ca vaut le coup pour le russe.
Bon Ok , mon exemple est exagéré . Ce qu'il faut savoir , c'est la qualité des pertes , non ?

Pour la bataille du 12/07 c'était beaucoup de T34-76 pour la contre-attaque. Comme je le disais au-dessus, vu la déferlante de blindés, les allemands ont touché, mis hors de combat beaucoup de chars mais ils ne les ont pas forcément détruits (au sens irrécupérable).

Voir le profil de l'utilisateur http://perrysheroes.free.fr/
Merci pour ces précisions. En gros, on est dans du classique pour les Allemands: supériorité tactique mais défaite stratégique...

Voir le profil de l'utilisateur
Pas complètement, les soviétiques ont vraiment canalisé les allemands, ils les ont empêchés de sécuriser complètement leurs flancs (ce qui a été consommateur de ressources), créant ainsi une avance en fourchette qui étire les lignes de front à protéger.

Les soviétiques conscients de leurs faiblesses et leurs atouts ont fait en sorte que l'adversaire s'épuise au fur et à mesure avant de contre-attaquer.

Voir le profil de l'utilisateur http://perrysheroes.free.fr/
Je ne cherchais pas à diminuer les mérites de l'Armée Rouge.

C'est juste qu'il faut pouvoir se permettre d'encaisser des pertes énormes lors des engagements, autrement dit d'avoir le dessous tactiquement, en comptant que les pertes du jour préparent le triomphe "opérationello-stratégique" du lendemain.

Pour ça, il faut du terrain à perdre (pas un souci pour l'URSS), des hommes et du matos à sacrifier (pas un souci non plus, une industrie produisant à plein régime, une massive aide étrangère et pas d'opinion publique pour critiquer le taux de perte).



Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum